Vos hôtes

Michel Petit, Ferme de Vertessec

Michel Petit

Paysan avant tout, passionné, Michel Petit est un personnage au caractère bien trempé.

En 1973, persuadé que la volaille n’est pas seulement destinée à la production intensive et que le goût du vrai doit persister, il se spécialise dans les races anciennes et leur affinage.

Alors considéré comme marginal, et luttant contre une époque où la sélection des poussins ne se fait que pour un résultat purement commercial, Michel Petit sensibilise le consommateur à ses volailles exceptionnelles.

« Le poulet, on doit le manger le dimanche, faire ça un autre jour, ça n’a pas de sens ! »

Avec sa vision des choses, on se dit que l’éleveur d’Avensan est un lointain descendant du
« bon Roi Henri » qui voulait permettre à tous ses sujets de se régaler de « poule au pot »  le dimanche.

Toutes les semaines à 3h du matin, depuis plus de 30 ans, fidèle, sa lampe sur le front, il touche, souffle la plume, et sélectionne. Omniprésent dans son atelier, l’œil sur chacune de ses volailles, il veille à toutes les étapes de la transformation.

Obstiné et travailleur, Michel Petit est aussi, sans le savoir, un véritable homme de marketing…

 

 

Alexandre Petit, Ferme de Vertessec

 

Alexandre Petit

Alexandre Petit a grandi sur la Ferme de Vertessec, dans cet univers fantasque mais racinaire.

Depuis son plus jeune âge, il a participé au développement et à l’amélioration de l’exploitation. Le flambeau est transmis, et même plus : c’est un véritable partenariat entre le père et le fils qui s’est installé.

Passionné de cuisine, fasciné comme son père par la volaille, il se lance en autodidacte dans la création de charcuteries élaborées uniquement à partir des produits de l’exploitation. Il conçoit ainsi toute une gamme de charcuterie et de rôtis, de la création à la réalisation finale.

Désireux d’acquérir des bases solides et de s’ouvrir à de nouvelles techniques culinaires, Alexandre  intègre la prestigieuse école LENOTRE à Paris. De retour à la Ferme, son Master en poche, il réadapte la Ferme à la rigueur de la cuisine gastronomique.

Le ton est donné ! Parfait médiateur entre Parisiens et Médocains,  il fait découvrir à présent nos produits à Paris sous l’enseigne « La Ferme de Vertessec, Ma Ferme, Ma Région ».